40e congrès annuel

du 23 au 25 mars 2018

40 ans de recherche en psychologie

 

Au nom de l’Université Laval, de la Société québécoise pour la recherche en psychologie (SQRP) et du comité organisateur, il me fait grand plaisir de vous convier au 40e congrès annuel de la SQRP! Cet événement scientifique d’envergure nationale se veut une occasion privilégiée de promouvoir la recherche en psychologie au Québec et dans la francophonie.

Le congrès se tiendra du 23 au 25 mars 2018 à l’Hôtel Le Concorde Québec dans la magnifique ville de Québec. Je vous invite chaleureusement à y participer en grand nombre afin de souligner 40 ans de recherche en psychologie et de faire de cet événement un moment inoubliable de rencontres et de découvertes scientifiques.

Au plaisir de vous voir à Québec,
Cordialement,
Guillaume Foldes-Busque
Président du comité organisateur
40e congrès annuel de la SQRP

Le comité organisateur :
Geneviève Belleville
Caroline Cellard
Isabelle Denis
Célia Matte-Gagné
Marie-Claude Richard


INSCRIPTION ET FRAIS D'INSCRIPTION AU CONGRÈS


Les inscriptions sont terminées.

HÉBERGEMENT


Situé le long de la Grande Allée, en plein centre-ville de Québec, l’Hôtel Le Concorde Québec surplombe les plaines d’Abraham.

L’Hôtel est fier d’offrir aux congressistes l’hébergement à un tarif préférentiel de 105,00$ la nuit, qui inclut Wi-Fi, accès gratuit à la piscine intérieure et aux spas, ainsi qu’ au centre de conditionnement physique. Veuillez noter que ce tarif préférentiel sera en vigueur jusqu’au 21 février 2018.

Les participants peuvent réserver leur chambre par téléphone en communiquant sans frais au 1-800-463-5256 et en demandant à réserver dans le bloc SQRP, folio 521852. Pour les réservations par Internet, le code de groupe est le 4554.

Lien pour les réservations : http://search.iqrez.com/reservations/HotelConcordeQuebec/search/23667

 

GRANDS ÉVÉNEMENTS DE LA PROGRAMMATION


Jour 1
VENDREDI 23 MARS
Jour 2
SAMEDI 24 MARS
Jour 3
DIMANCHE 25 MARS
Nadine Forget-Dubois, Ph.D.
  • Atelier 1 : 14h30 à 16h00
  • Nadine Forget-Dubois, Ph.D.
  • Salle Suzor-Côté

Un bon écrit scientifique raconte une histoire : intégrer les théories, méthodes et résultats en suivant un fil narratif


Votre projet de recherche vous apparaît comme une drôle de créature aux limites floues et aux dimensions multiples, qui touche à de nombreuses idées abstraites avec des liens dans tous les sens. Pour écrire un mémoire ou une thèse, vous devrez pourtant canaliser cette complexité dans un format linéaire. Si vous écrivez un article scientifique, vous devrez le faire à un niveau professionnel d’écriture et probablement en anglais. Pour vous en sortir, vous devrez raconter votre recherche comme une histoire ou, si vous préférez, intégrer la théorie, la méthode, les résultats et les conclusions à l’aide d’un fil narratif. Un fil narratif comprend une ouverture, de l’action et une résolution. Votre écrit scientifique suit un grand arc narratif qui en inclut des petits; tous doivent être complets pour rendre votre texte intelligible par quelqu’un d’autre que vous et vos proches collaborateurs. Apprendre à planifier ces arcs narratifs vous permettra de dompter la complexité de votre projet pour offrir à votre discipline une contribution durable.

Nadine Forget-Dubois détient un Ph. D. en anthropologie et travaille dans une équipe de recherche spécialisée dans la génétique du comportement de l’enfant. Auteur de plusieurs articles scientifiques, elle est l’auteur de livre de référence «Écrire un article scientifique en anglais : guide de rédaction dans la langue de Darwin » et du blogue «La Plume scientifique».

Isabelle Denis, Psy.D., Ph.D.
  • Atelier 2 : 14h30 à 16h00
  • Isabelle Denis, Psy.D., Ph.D.
  • Salle Borduas

Intervenir auprès des jeunes souffrant de la comorbidité trouble anxieux et trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité


La présente conférence vise à présenter le traitement familial des troubles anxieux en contexte de cooccurrence avec le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité chez l’enfant (TDAH). Ainsi, des données de recherche seront présentées concernant l’efficacité du traitement, ainsi que des recommandations cliniques. Par ailleurs, les profils cliniques de ces enfants seront discutés, ainsi que quelques pistes concernant la gestion des comportements associés au TDAH. Enfin, des interventions de psychologie positive comportant des bases scientifiques seront discutées comme ajout au traitement afin, notamment, d’améliorer la qualité de vie des familles de ces enfants.

Madame Denis obtient une maîtrise en recherche en psychologie (M.Sc.) à l’Université de Montréal, puis complète une maîtrise clinique (M.Ps.), ainsi qu’un doctorat en psychologie profil recherche et intervention (Psy.D., Ph.D.) à l’Université du Québec à Montréal. Elle obtient ensuite un poste de chercheure d’établissement au Centre hospitalier affilié universitaire de Lévis. Parallèlement à son travail de recherche, madame Denis est psychologue clinicienne auprès d’enfants, d’adolescents et de leurs familles à la Clinique externe de pédopsychiatrie du Centre hospitalier affilié universitaire de Lévis et en pratique privée. Madame Denis joint l’École de psychologie à titre de professeure adjointe en 2015. Ses intérêts de recherche et de clinique portent sur l’évaluation diagnostique et le traitement cognitivo-comportemental des enfants et des adolescents qui présentent des troubles anxieux complexes, ainsi que sur les pratiques parentales à risque. Madame Denis s’implique également dans la formation et la supervision clinique d’étudiants et de professionnels qui travaillent avec les jeunes.

Marie-Pier Boivin
  • Atelier 5 : 16h15 à 17h15
  • Marie-Pier Boivin
  • Salle Borduas

Petit guide pour survivre à son premier congrès scientifique (et avoir du plaisir en même temps)


Participer pour la première fois à un congrès scientifique peut être, pour un étudiant qui débute en recherche, un moment à la fois mémorable et stressant. Quelle est la mission d’un congrès scientifique? Quels sont les divers types de communications présentées dans les congrès scientifiques? Quelles sont les règles de base dans ces événements? Comment choisir les communications auxquelles assister?

En plus de répondre aux questions précédentes, cette conférence a pour visée de démystifier la participation étudiante à un congrès scientifique. Par ailleurs, quelques trucs et astuces seront offerts aux étudiants présents, d’abord dans l’optique d’optimiser leur expérience au 40ième congrès annuel de la SQRP, mais aussi dans la perspective d’en faire un événement marquant et positif dans leur parcours.

Marie-Pier Boivin est étudiante au doctorat en recherche et intervention (Ph.D. R-I) en psychologie organisationnelle à l’Université de Sherbrooke. Elle agit comme représentante des étudiants au sein du conseil d’administration de la Société québécoise pour la recherche en psychologie depuis mars 2016. La santé organisationnelle étant au cœur de ses interventions et de ses intérêts de recherche, elle s’implique aussi comme membre étudiante au sein de l’équipe de recherche en santé organisationnelle, une équipe réunissant des chercheurs et des étudiants de plusieurs universités québécoises. Dans le cadre de sa thèse, elle s’intéresse plus particulièrement au fonctionnement multidimensionnel de l’individu au travail.

Christine Grou, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec
  • 17h30 à 17h45
  • Christine Grou, présidente de l'Ordre des psychologues du Québec
  • Salle Suzor-Côté et Krieghoff

Allocution d'ouverture


Gilles Dupuis
  • 17h45 à 18h45 (conférence d'ouverture)
  • Gilles Dupuis
  • Salles Suzor-Côté et Kreighoff

Qualité de vie et yoga, mode vs mode d’emploi


On entend l’expression « qualité de vie » partout. Mais de quoi parle-t-on au juste? C’est un concept dont le flou n’a d’égal que son manque de spécificité. Quant au yoga, il est tellement devenu à la mode que l’on en fait autant une gymnastique aérobique (power yoga) qu’une marque de yaourt (Asana). Comment s’y retrouver? Comment séparer le bon grain de l’ivraie! C’est ce à quoi s’attachera cette présentation. Un examen des différentes définitions de la qualité de vie (QV) et de son rapport au bien-être sera d’abord fait. Ensuite, la présentation d’un modèle théorique basé sur l’approche des systèmes de contrôle permettra d’apporter une définition opérationnelle de la QV qui n’emprunte rien à des concepts voisins comme la santé, la satisfaction, etc. Basés sur ce modèle, trois instruments de mesures seront décrits : QV générale (Inventaire systémique de QV : ISQV), QV au travail (ISQVT) et QV chez les enfants (ISQV-E). Par la suite, les bases scientifiques du yoga seront décrites et un survol des résultats de son utilisation pour différents problèmes de santé sera fait. Enfin, des études utilisant l’ISQV, l’ISQVT et l’ISQV-E seront présentées dans le cadre de recherches faites avec ou sans le yoga.

Gilles Dupuis est professeur titulaire au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal depuis 1989. Il y a enseigné les méthodes de recherche et les méthodes quantitatives pendant près de 20 ans. Il a été directeur scientifique du Centre de liaison sur l’intervention et la prévention psychosociales (CLIPP : http://clipp.ca) de 2009-2014. Il en a été PDG de 2014-2016. Il est co-auteur de l’Inventaire systémique de la qualité de vie au travail (ISQVT ©), un instrument de diagnostic organisationnel permettant une meilleure gestion/prévention des risques psychosociaux au travail, auteur de l’Inventaire systémique de qualité de vie pour adultes et coauteur de l’Inventaire systémique de qualité de vie pour enfants (8-12 ans). À l’UQAM, il est spécialisé en psychologie de la santé, en mesure de la qualité de vie et en méthodes quantitatives. Il est également professeur de yoga. Ses cours et ses projets de recherche portent sur l’utilisation du yoga pour les problèmes de santé physique et psychologique.

Michel Dugas, Ph.D.
  • Diner banquet (sur inscription) et conférence du récipiendaire du prix Adrien Pinard : 12h à 14h
  • Michel Dugas, Ph.D.
  • Salle de bal

Le traitement de l’anxiété généralisée : plus on en sait, moins on en fait


En collaboration avec mes étudiantes et collègues, je m’intéresse à l’étiologie et au traitement du trouble d’anxiété généralisée (TAG) depuis trois décennies. Lors de mes études doctorales à l’Université Laval, notre équipe a élaboré un traitement comportemental et cognitif ayant quatre modules : la réévaluation de l’utilité de s’inquiéter, l’exposition comportementale à l’incertitude, l’entrainement à la résolution de problèmes et l’exposition en imagination. De 1998 à 2013, en tant que professeur à l’Université Concordia, j’ai mené plusieurs essais cliniques montrant que le traitement est efficace pour la majorité des personnes atteintes du TAG et que son mécanisme d’action central est la diminution de l’intolérance à l’incertitude. À l’Université du Québec en Outaouais depuis 2013, je m’intéresse aujourd’hui à la validation d’un nouveau traitement pour le TAG à une seule composante : les expériences comportementales pour l’intolérance à l’incertitude. Les données préliminaires indiquent que le traitement épuré produit des effets similaires à ceux du traitement plus complexe, tout en étant moins couteux, plus facile à disséminer et plus près des théories d’apprentissage social, des sciences cognitives et de neuropsychologie. Ainsi, ma démarche scientifique, clinique et académique des 30 dernières années m’amène à conclure qu’une intervention psychologique simple et parcimonieuse s’avère préférable lorsque la cible thérapeutique est clairement identifiée. En ce qui concerne le trouble d’anxiété généralisée, cette cible est sans contredit la diminution de l’intolérance à l’incertitude.

Michel Dugas a obtenu son doctorat en psychologie à l’Université Laval en 1997. Il est professeur titulaire de psychologie à l’Université du Québec en Outaouais et professeur associé à l’Université Concordia. Depuis plus de 20 ans, il mène des études cliniques sur l’étiologie et le traitement des troubles anxieux. Ses études ont conduit à l’élaboration d’un traitement comportemental et cognitif pour le trouble d’anxiété généralisée. Ce traitement a été validé dans de nombreuses études et est maintenant utilisé dans plusieurs pays. Le Dr Dugas a publié plus de 100 articles scientifiques et ses travaux ont été cités plus de 10,000 fois par ses pairs. En reconnaissance de sa contribution à la psychologie clinique en tant que science, il a reçu le Prix Donald O. Hebb de la Société canadienne de psychologie en 2017.

  • 17h45 à 18h45
  • Salle Krieghoff

Assemblée générale annuelle


TÉLÉCHARGEZ LA PROGRAMMATION COMPLÉTE PDF »

INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES ET AUTRES DOCUMENTS


Le congrès a pour objectif de favoriser le développement et l’implantation de liens durables entre la recherche et les milieux d’intervention pratiques tout en favorisant le transfert des connaissances.

PARTENAIRES DE LA SQRP


École de psychologie